Non classé

4ème étape de Paris-Nice

En amorçant sa descente vers le Sud de la France, Paris-Nice change également de configuration dans ses profils d’étapes. Fini les plaines plates françaises et place à des parcours plus vallonnés.

Pour cette 4ème étape, 5 côtes étaient répertoriées; plus que propice à une échappée…

D’ailleurs une groupe se forme assez rapidement, par bride. Evaldas Siskevicius et Eduard Grosu, le sprinter, seront les deux derniers de ces treize hommes.

L’entente étant plutôt bonne, leur avance frôlera les 7 minutes. Seul fait de course un arrêt obligatoire en raison du passage d’un train à un passage à niveau; toujours un peu « casse-pattes »!

La suite reprendra en toute logique, les difficultés du jour et le contrôle du peloton freinant les ardeurs de nos fugitifs.

La Côte de Condrieu aura raison d’un certain nombre d’échappés, dont nos deux Marseillais, pas très à l’aise avec ce type de terrain. Il ne seront plus que cinq en tête de course.

A l’arrivée, Julien El Fares sera le premier des Marseillais, 48ème, d’une étape finalement bien plus dure qu’il n’y paraissait…

 

Eduard Grosu: « J’ai essayé de propulser Mauro Finetto pour reprendre l’échappée, mais il a été coincé sur la droite de la route, j’ai donc rejoint Evaldas Siskevicius. La journée a été très dure pour moi à l’avant avec les différentes côtes du parcours, c’est pourquoi j’ai décroché dans le final. »