Courses

Mont Ventoux Dénivelé Challenges

Il faisait peur sur le papier… Et il n’a pas démérité !

Le Mont Ventoux Dénivelé Challenges, pour sa première édition, a été un très bon cru, surtout pour nos Marseillais. Bien sûr, en raison du plateau on ne s’attendait pas à une victoire, mais les résultats sont bel et bien au rendez-vous.

La première phase de course se déroulera comme à l’accoutumée, avec de nombreuses attaques. On y retrouve d’emblée Rémy Rochas. Finalement, c’est un groupe de 5 coureurs qui compose l’échappée du jour. Mais outre le Mont Ventoux, la journée est ponctuée de différents cols. Ainsi, au pied du Mont Ventoux tout explose, peloton et échappée. C’est donc là que les choses sérieuses débutent.

Pour le compte du Team Delko Marseille Provence, Julien El Fares et Javier Moreno font partie d’un groupe trié sur le volet, parmi 11 unités. On y retrouve bien évidemment les meilleurs. Mais les rudes pentes de l’ascension seront fatales, de nouveau, à bon nombre d’entre eux, dont nos deux Marseillais. Pourtant, kilomètres après kilomètres ils regagneront des places, progressant à leur rythme. Julien El Fares joue finalement pour la 4ème place et Javier Moreno pour la 5ème, quelques longueurs derrière.

Et au prix d’un effort certain, El Fares conservera cette 4ème position, tandis que l’Espagnol Moreno empochera finalement la 6ème. Quelle montée des Marseillais !

Bien sûr, le travail des coéquipiers n’est pas à sous-estimer ! Evaldas Siskevicius aura particulièrement souffert tout au long de la journée, mais tous ces efforts porteront peut-être leurs fruits pour les Championnats de Lituanie…

Julien El Fares : « Je suis très content de ma montée, même s’il faut rester humble car il y avait de grands coureurs comme Romain Bardet ou Jesus Herrada par exemple.

Dans la montée du Mont Ventoux, je n’ai pas cherché à me mettre en surrégime, quand les accélérations ont commencé. J’ai préféré monter à mon rythme pour ne pas « exploser » et cela m’a plutôt réussi car je suis parvenu à rattraper pas mal de coureurs devant moi, du groupe des 11 initial.

J’ai donc fait une bonne fin d’ascension et je n’ai pas de regret, j’ai donné le maximum de moi-même, je suis à ma place. »